• test

Faut-il être parfait pour être écolo (et agir) ?

D’abord, à quel moment on devient « écolo » au juste ? Quand on fait son premier pas « tiens, je vais tester le vrac chez Carrefour » ? Quand on est devenu à 74,3% zéro-déchet ? ou quand on a renoncé à tout jamais à prendre l’avion, fier sur notre vélo made in France, avec nos vêtements éco-responsables en route vers le marché bio et local ?
Je ne crois pas qu’il existe un niveau ultime du green game où on arrive à stopper le dérèglement climatique et convaincre toute l’humanité au passage, Trump compris. Pour moi, y’a pas vraiment de fin en soit à ce cheminement, qui, comme son nom l’indique est un chemin et non une destination précise.
Tout ça me fait penser à l’intérêt ou au danger de cette étiquette « écolo » d’ailleurs, mais on y reviendra à un autre moment…

La route sinueuse du changement

Etre écolo et vouloir agir commence avant tout par une prise de conscience qui ne se commande pas, même si une fois qu’on a eu la notre on aimerait troooop que notre frère arrête aussi d’acheter des carottes râpées industrielles en barquettes et que notre pote abandonne les pailles en plastoc dans ses Gin Tonic. Chacun sa route, chacun son timing.

 

Ensuite, il y a le premier pas. Qui arrive souvent après qu’on ait été touché par un reportage ou un livre choc. Semi-traumatisé par l’ampleur du désastre, on peut se retrouver en pleine montée de « han mais j’ai fait de la merde depuis des années en fait, je pensais à quoi enfin, viiiite faut que je change tout ».
S’en suit un long fleuve pas très tranquille fait de phases d’euphories des déclics, de périodes zen et encourageantes des petits pas quotidiens mais aussi de moments de doutes : « Pourquoi je me fait chier à limiter mes déchets à la source et à trier attentivement ce qu’il reste quand je découvre que mon voisin Michel s’en contre-balance et mélange joyeusement bouteille en verre, carton et plastique de pizza, parce que « de toute façon ils mélangent tout à la fin » ? Ou de culpabilisation : « Pfff, je n’arrive pas encore à avoir la vie parfaite de Madame Zéro déchet d’instagram… »
On peut alors se sentir pèle-mêle : impuissant face aux enjeux de taille, remettre en question l’impact de sa démarche ou avoir le sentiment de n’en faire jamais « assez ».

 

Dans cette période et tout a long de la route, je pense donc qu’il est fondamental de se serrer les coudes dans nos petits gestes entre apprentis Gandhi, bien décidés à être le changement qu’on veut voir dans le monde (et chez Michel). Or je vois encore trop régulièrement des messages militants culpabilisants, des personnes qui pointent le moindre « faux-pas » d’un proche ou des commentaires ultra-critiques face à une petite incohérence d’un autre sur le web. La dictature du perfectionnisme. Tout ça ne fait pas avancer la cause et participe en plus à véhiculer qu’être écolo, c’est être sectaire / extrémiste / intolérant / relou (ou tout ça en même temps), ce qui ne donne à personne envie de s’y mettre…

Le changement intérieur, l’espoir pour un changement collectif ?

Avant d’aller sermonner les autres, il serait donc utile de se lâcher un peu la grappe, de regarder ses propres incohérences et limites avec bienveillance, car elles sont HUMAINES, (rappelons-le, personne n’est un super-héro !), et d’accepter qu’on ne peut pas être irréprochable à tous les niveaux.
On a tous des histoires, convictions et des contraintes différentes, avançons avec tolérance, foutons-nous la paix avec cette escalade permanente vers le toujours plus, toujours mieux et apprenons à célébrer nos petites actions, même imparfaites !
Stop les gué-guerres entre flexitarien/vegan/bio/locavores et autres affrontements stériles issus du même bord, la seule voix qui compte pour commencer c’est celle où on se sent bien, où on prend du plaisir sans culpabiliser, où on avance doucement mais surement, en attirant même au passage quelques curieux.
Utilisons notre énergie pour trouver ensemble des solutions positives, constructives et bienveillantes plutôt que se juger les uns et autres, tout le monde s’en porterait mieux, planète comprise !
Je tire mon coup de gueule ici en étant bien consciente que je ne suis pas exempte de ces critiques ! En tant qu’humaine imparfaite, j’ai moi aussi parfois endossé le rôle de la relou jugeante, j’en tirais d’ailleurs les leçons ici. Ce message est donc également pour moi un rappel de cette ligne plus sereine vers laquelle je veux tendre 😉

 

Le changement intérieur, étape indispensable du changement collectif ?
Tristan Lecomte dit à ce propos dans un article fort intéressant : « Une critique vindicative n’est que l’expression de ses propres contradictions, de ses peurs et de son sentiment d’impuissance. Le Monde n’est injuste que parce que nous sommes tous, individuellement et collectivement, injustes. On s’offusque de la pauvreté qui n’est pourtant que l’évidente expression de notre égoïsme à tous. Entrer dans le débat du plus ou moins juste, en dénonçant comme responsable tel acteur économique ou organisation n’a pas de sens, sinon de pointer nos propres incohérences et nous y enfoncer tous au lieu de tenter de nous élever ensemble »
Élevons-nous, élevons le débat ! 
On ne va pas changer la société, les hommes et le monde en se battant CONTRE, mais en proposant et en créant POUR l’arrivée d’un nouveau modèle.
« Ne t’attaque pas au Système, démode-le ! » disait Bernard Werber, « Au lieu de faire la révolution des autres, fais ta (r)évolution personnelle. Plutôt que de vouloir que les autres soient parfaits, évolue toi-même. Cherche, explore, invente. Les inventeurs, voilà les vrais rebelles ! »

 

Alors, on invente quoi de beau tous ensemble ?

 

   

J’aimerai beaucoup avoir ton avis / réactions / témoignages sur ce sujet, alors n’hésite pas à t’exprimer en commentaire !

14 Commentaires

  • Je partage le même point de vue que toi ! En te lisant, je me disais, tiens ce serait bien qu'elle cite aussi Bernard Werber... :) Place aux inventeurs de demain !
    • Eheh ;) ça fait écho à ton article aussi (ou j’ai d’ailleurs découvert le livre de Cyril Dion, qui m’a fait un grand effet ☺️👊, merci !). On a besoin de ces messages motivants pour garder le power !
  • Ha mais ouiii c'est ça ! Merci encore pour ce nouvel article qui vise juste, comme d'habitude. J'aime aussi dire ça pendant mes séances de coaching : peu importe par où on commence et l'ampleur du geste, ce qui compte c'est d'agir ! Et surtout de savoir pourquoi on agit. Un peu comme disait Gandhi en fait ! (j'avais écrit un article qui peut faire écho au tiens, regarde : http://www.tiffinlyon.com/zero-dechet/2016/6/20/citation-canon-gandhi-jesuisgandhi ) bises et <3 avec les mains
    • Merci ;) oui, je crois qu’il faut diffuser ce message car il y a encore du boulot niveau déculpabilisation ! J’avais lu ton article (et l’avais cité dans un de mes articles sur le ZD je crois !). Vive les petits pas et l’imperfection 🤟😆
  • Complètement d'accord avec toi ! Chacun son rythme déjà, et on peut tout à fait être écolo sans pour autant être radical ! Personnellement, je pense que la solution doit être à grande échelle, c'est top d'être investi dans son quotidien et il faut l'être, mais c'est pas ça qui va changer la face du monde !
    • Merci Manon pour ton commentaire et ton avis ! Sur cette question complexe, je crois ne pas avoir tranché (et faut-il trancher d'ailleurs ?!)... Pour moi les 2 se semblent essentiels et reliés. Les petites actions individuelles, additionnées, finissent par avoir un poids non négligeable dans les décisions des industriels, paniqués de voir bouger leurs parts de marché (par nos achats, nos boycotts bienveillants...) et c'est aussi un signal, aussi faible soit-il encore, à destination des politiques qui j'espère sera relayé plus bruyamment par le biais de lobbys citoyens à l'avenir... Je lis pas mal de choses à ce sujet en ce moment et j'ai bien aimé le point de vue de cet article : http://www.slate.fr/story/169083/ecologie-achat-lombricomposteur-geste-individuel-conscience-politique-planete-changement
  • noizet
    coucou ma filleule ton opinion est très intéressante. voici la mienne sur le vif et brièvement . Tout d'abord la "perfection" ça n'existe pas (si on veut l'atteindre en permanence c'est qu'on a basculé " du côté obscur de la force" et qu'on devient une machine !!) Malheureusement la société et le monde du travail nous serine tous les jours qu'il faut être parfait !!! j'adore la phrase de Bernard WEBER citée plus en amont " démodons le système". La mode c'est un des nombreux pièges qu'on nous tend en permanence !! Pour en revenir au terme "écolo" , je reconnais que je ne le suis pas autant que j'aimerai l'être ( et oui j'aime conduire mais je ne prends pas ma voiture pour aller acheter le pain au coin de la rue !! je covoiture svt !! ouf !!!) je trie mes poubelles depuis 30 ans !! hourra !!! je mange de moins en moins de viande ... et enfin parce que j'avais dit que je ferai court (j'ai toujours du mal à m'arrêter !! je le sais) je prépare l'avenir avec la génération future !! (penser à éteindre les lumières, marcher à pied , pas de gaspillage avec la nourriture ...) voilà pour auj. olivia
    • Merci pour ton retour chère Marraine ! Je suis bien d'accord avec toi, la société nous pousse consciemment ou non à être toujours plus, toujours mieux et véhicule beaucoup cette idée de perfection... Pour moi le plus important est d'être CONSCIENT (de ce qui nous entoure, de ce qu'on est, du pourquoi de nos choix et de nos gestes,...), chacun compose ensuite avec ce qui lui semble juste et possible. Il y a de quoi faire dans bien des domaines, agir auprès des nouvelles générations est un des plus beaux "chantiers" je crois !!
  • noizet
    recoucou comme tout le monde court après le temps rares sont les personnes qui se posent pour faire leur bilan intérieur. Perso j'essaie de le faire au moins une fois par semaine et souvent je le fais en admirant les couchers de soleil depuis mon balcon. On en ressort toujours très sereins et souvent avec la solution à certains tracas ! Cela pourrait faire un excellent sujet de philosophie au bac !! mais bon je trouve que je m'éloigne de la thématique "bio" je trouve nos échanges très intéressants et regrette qu'on ne se voit pas d'avantage pour débattre gros bisous ma filleule chérie et merci de me faire évoluer en matière écologique
    • Non tu ne t'éloignes pas de la thématique "bio", au contraire ! Pour moi tout est lié et l'écologie intérieure est tout aussi importante (voir plus) que le reste. La pratique de la méditation en groupe chaque mois depuis près de 3 ans est la meilleure activité que j'ai faite à ce jour ! Comme tu dis, rares sont les moments où on prend le temps de se poser et de prendre du recul sur notre vie au rythme si infernal ! Le faire chaque mois avec l'énergie d'un groupe et accompagné de méditations mêlant philosophie, psychologie positive et spiritualité m'apporte énormément. (J'ai un projet d'article à ce propos depuis des mois d'ailleurs...!) En dehors, j'avoue avoir encore du mal à me poser seule plus régulièrement. J'aime beaucoup ton RDV hebdo face au coucher de soleil !! Je suis ravie de pouvoir échanger avec toi sur ces sujets. On est d'accord, en live c'est encore mieux... ! En attendant, plein de bisous :)
  • Merci pour cet article. A bas la culpabilisation! Un jour, c'est vrai, on a le déclic et on veut tout faire, tout changer et changer tout le monde. Et puis.... la vraie vie nous rattrape, les efforts semblent lourds et non partagés. Alors je dis qu'on a même le droit de revenir en arrière. Vous avez bannis les mouchoirs en papier. Très bien. Sauf qu'en cas de rhume de toute la famille c'est compliqué. Allez tu as le droit d'acheter une boite de mouchoirs en papier. Ce n'est pas grave. Quand çà ira mieux tu reprendras tes petits pas. Comme tu le dis si bien, nous sommes sur un chemin et parfois, on a le droit de retourner en arrière pour mieux avancer à nouveau.
    • Merci pour ton commentaire ! Je suis bien d'accord avec toi, parfois on peut mettre la barre un peu trop haut ou faire face à des urgences qui nécessitent de lâcher du lest sur nos principes sans pour autant culpabiliser ! Mais comme le reste, c'est une des étapes de l'apprentissage par laquelle nous sommes nombreux-ses à passer !
  • Merci pour ce bel article qui rejoint parfaitement ma pensée. Je serais ravi que tu viennes inventer ce monde avec nous, ou plutôt découvrir comment nous pouvons vivre dans la Beauté de ce monde. https://m.facebook.com/groups/156015285083412
    • Merci Yann Erik ! Je suis heureuse de voir que nous sommes de plus en plus nombreux à partager ce cheminement et cette vision. J'ai rejoint le groupe, au plaisir d'y échanger :)

Laisser un commentaire